Sur les bords de l'Adour en 1951

 

 

C'est moi, à l'âge de trois ans... Mon grand père Georges Abadie venait le dimanche pêcher sur les bords de l' Adour et nous nous installions, Suzanne ma grand mère et moi sous le pont suspendu (le vieux pont, démoli et reconstruit après 1956)... Le pont d' Onard (le village de l'enfance de ma grand mère)...

Il y avait aussi, le dimanche sur les bords de l'Adour près de ce pont, une roulotte de romanichels, en bois et avec un cheval... Et un petit garçon de mon âge avec lequel je souhaitais jouer... La mère habillée tout en couleurs faisait cuire des poissons chats dans une petite marmite. Et j'étais très attiré par ces gens qui séjournaient là au milieu de leurs paniers tressés, de leurs trois chiens et qui vivaient dans une roulotte : j'aurai voulu partir avec eux, et jouer avec le petit garçon et la petite fille des romanichels...

Mais ma grand mère « veillait au grain »... Et me grondait dès que j'essayai de m'approcher de la roulotte... Et j'étais très malheureux, je me sentais bien seul, et je m'ennuyais à mourir, assis sur l'herbe à côté de Mamy, ne pouvant jouer avec ce petit garçon « les fesses à l'air » et cette si jolie petite fille tout en couleurs comme sa maman...

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site