Le bateau pirate 1ère partie

 

LE BATEAU PIRATE, première partie

                                          http://cid-9d31f6efb6d490a4.skydrive.live.com/self.aspx/.Documents/oeuvres%20de%20Guy%20en%20PDF/Le%20bateau%20pirate%201.pdf

     "Il n'est pas facile" dis-je, de publier "dans les normes"... C'est à dire soit en utilisant les services d'un éditeur à compte d'auteur (cela coûte très cher et on "y laisse des plumes"... Soit en recourant aux services de l'édition en ligne (il faut alors bien maîtriser les techniques de mise en page, de présentation et se conformer aux règles typographiques si l'on veut "que cela ne coûte rien" en effectuant le travail soi-même)... Soit en réussissant à se faire publier par un éditeur (gros ou petit, qui ne verra que le bénéfice qu'il en pourra tirer en fonction de sa politique éditoriale).

Ce "Bateau pirate" est un recueil de mes écrits les plus représentatifs de "cette écriture de moi éjectée telle une lave blanche d'un volcan insoumis aux lois des entrailles de la Terre"...

Voici un extrait :

 

LA CHATTE D' YVETTE

 

Ça existe.

Je le sais.

Je l’ai vu.

On m’a même laissé toucher.

J’y ai bu.

C’était tellement beau que ç’en était inhumain…

Ça venait même d’au-delà de Dieu…

Et pourtant ç’a avait pris forme humaine !

Pour la chatte d’Yvette, ma voisine de Tartas, au « Cap Nègue », les mots n’ont aucune valeur… Sauf la musique des mots, peut-être.

Elle était ce soir là pelotonnée sur la plaque de la cuisinière et son dos était aussi chaud que le gros poêle chargé de bûches incandescentes…

Nous ne parlions avec elle que par des regards… Mais quels regards !

Elle voulait bien se laisser caresser mais fallait pas qu’on l’emmerde en lui tirant les pattes de devant.

Contester le système, tirer à boulets rouges sur les gosses de riche et sur la prose des intellos, dénoncer les injustices et les hypocrisies, la folie des guerres, chier sur la loi du fric et sur l’outrecuidance des apparences et des reconnaissances médiatisées, casser le vase sacré… Oui, c’est vrai : ça change pas le monde mais ça fait du bien… Disons qu’on se fait un petit plaisir.

Et si en plus ça fait rire, alors oui, c’est vraiment le pied !

Mais ça ne suffit pas pour entrer de plein pied dans cet espace de liberté que doit être celui de l’écriture…

Parce que l’écriture, c’est aussi comme une prière. La même prière que celle du vrai croyant qui parle à son créateur. En toute liberté, sans faux semblant, sans témoins admiratifs ou complaisants, pourfendeurs ou encenseurs…

Contester le monde ne suffit pas.

Il faut aussi et peut-être surtout contester son propre monde.

Le monde qu’on a en soi.

Nos certitudes.

Notre propre pensée.

Chier sur son propre système.

Parce que lorsque tu chies sur le système, tu opposes au système ton propre système… qui n’es qu’un système parmi tant d’autres et qui n’a pas plus de valeur…

La chatte d’Yvette n’a pas de système.

Elle n’a qu’un organisme.

Un métabolisme.

Elle est une entité naturelle.

Elle ne ressemble cependant à aucun autre félin de son espèce.

Les surréalistes n’ont rien inventé.

La réalité était déjà surréaliste…

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site